Les parties Temps Moderne et Epoque contemporaine constituent en réalité deux cours indépendants. La moitié de chaque cours est assurée par Anne-Sophie Gijs et Gaétan du Roy en cotitulature.


Temps Modernes :

Gaétan du Roy : La première partie du cours concernera le Moyen-Orient à l'époque Ottomane et jusqu'aux années 1830 qui marquent le début d'une ère de réformes. A travers le prisme de l'étude des minorités, nous  nous intéresserons à la coexistence communautaire, aux influences étrangères et aux circulations des individus et des idées. Nous verrons notamment le rôle important des minorités dans la connexion des mondes.

Anne-Sophie Gijs : La deuxième partie du cours portera sur l'étude des traites négrières (atlantique, interne et orientale). Premièrement, dans une perspective  d'histoire connectée reliant le monde occidental, monde musulman et monde africain, nous étudierons le phénomène d'enclenchement de l'"engrenage négrier", le fonctionnement et l'impact des traites, ainsi que les rouages du processus abolitionniste. Dans un second temps, nous nous intéresserons aux dimensions politiques et épistémologiques entourant l'histoire des traites et de l'esclavage, articulées autour de la relation complexe entre Histoire et Mémoire.


Epoque contemporaine :

Gaétan du Roy : La première partie du cours portera sur les minorités au Moyen-Orient depuis l'époque des réformes ottomanes.  Ces minorités seront évoquées dans leur diversité, à la fois sociale et culturelle.  Leur position et leurs difficultés seront présentées dans le cadre de l'émergence douloureuse des Etats-Nations à la suite de la Grande Guerre. Nous évoquerons à travers l'histoire de ces groupes, les différentes phases de la question nationale : nationalisme émergeant, panarabisme, jusqu'à la remise en cause radicale des états issus des accords Sykes-Picot à laquelle nous assistons aujourd'hui.

Anne-Sophie Gijs : La deuxième partie du cours portera sur l'étude des relations entre l'Europe et l'Afrique dans une perspective d'histoire connectée et des mentalités. L'objectif sera tout d'abord, en replongeant dans le temps long de l'histoire, de cerner les spécificités politiques, économiques et sociales de chaque continent et d'analyser les mobiles et conséquences de leurs contacts/échanges réciproques.  Il s'agira ensuite d'analyser les relations entre l'Union européenne et l'Afrique à l'époque contemporaine, entre idéaux rhétoriques ou normes juridiques d'une part et  réalités de terrain d'autre part.  Pour ce faire, nous nous appuierons sur des études de cas portant sur la coopération au développement, le commerce, la prévention/gestion de conflit et les migrations.  En mettant au jour les distorsions entre discours et pratiques, nous nous interrogerons plus largement sur les dimensions symboliques, mentales et identitaires des relations eurafricaines.  Entre ressentiments passés et aspirations futures, les attitudes des acteurs en présence sont également conditionnées par l'image et le rôle que chaque entité prétend endosser "en son propre sein", "vis-à-vis de l'autre", et, "à l'égard du reste du monde".