Énonciation et subjectivation. Théories du langage et pratiques d’identification

 

Malgré son importance et son dynamisme, le mouvement intellectuel de la décolonialité est encore peu étudié en Europe et, en particulier, dans le domaine de la philosophie francophone, où il est encore trop souvent apparenté aux postcolonial studies (Castro Gómez, 2005; Escobar, 2007; Maldonado Torres, 2011).

 

Le but du séminaire sera d’interroger la dimension potentiellement utopique du projet modernité/colonialité-décolonialité afin de comprendre dans quelle mesure ce mouvement de pensée se constitue effectivement comme une alternative à l’épistémè (au sens foucaldien du terme) moderne eurocentrique ou si son approche réside uniquement dans la projection utopique d’un « hors-modernité » (Dussel parle de transmodernité).

 

Cette démarche doit nous permettre d’identifier si et comment le mouvement intellectuel décolonial peut prétendre offrir une alternative réelle au projet de la rationalité moderne ou s’il ne constitue, comme forme utopique, qu’une issue à la philosophie de l’histoire qu’il critique tout en continuant de la supposer.


FILO2940- (2017-2018) - description (EN).pdfFILO2940- (2017-2018) - description (EN).pdf