Apocalypse et collapsologie : ce que nous dit l’angoisse de la fin du monde


Depuis quelques années, nombreux sont ceux qui pensent que la fin du monde s’approche. Réchauffement climatique, pression démographique, croyance que le système capitaliste est en bout de course : on multiplie les arguments pour s’entretenir dans la certitude de l’effondrement. Certains ont même proposé une nouvelle « science », la collapsologie, pour étudier et prévoir le moment et la forme du naufrage final. 

Or, dans l’histoire de l’humanité, nombreuses ont été les époques où l’on s’est cru ainsi proche de la fin du monde. Et à chaque fois, cette angoisse constituait le miroir de l’évolution de la société et de ses mentalités. 

Que nous dit la vague catastrophiste actuelle ? En partant de l’étude des doctrines anciennes – et en premier lieu l’étude de l’Apocalypse de Jean, qui joue encore un rôle fondamental dans le scénario apocalyptique –, on interrogera des productions contemporaines, en particulier une des spécificités culturelles actuelles, le film de zombie, afin de savoir quelles mutations sociales et quels changements de perception du monde sont reflétés par cette psychose de l’effondrement.