Désobéir au souverain (Pays-Bas, France, Angleterre, XVIe siècle)

Le pouvoir monarchique semble s’affirmer, parfois jusqu’au caprice, et réclamer une obéissance inconditionnelle des sujets dès le 1er tiers du XVIe siècle. Et pourtant, ceux-ci se cramponnent à leurs valeurs, à leur foi, à leurs privilèges. Renaissance, Réforme et modernité leur apportent de nouvelles armes. La désobéissance existe : il s’agira d’en apprécier les degrés et les nuances (insoumission/insubordination/opposition/révolte/rébellion/résistance, etc.), mais aussi de s’interroger sur les parts respectives de tradition et de nouveauté dans ses manifestations auprès de différents groupes sociaux – paysannerie, villes, noblesse, armée, voire communauté « nationale » –, dans une perspective résolument comparative.